À la Une

Le roucas entre pluie et soleil

J’ai pris le CHEMIN du ROUCAS BLANC. La carte du ciel, plus grise que bleue, vient adoucir la ville. La douceur sombre des nuages dicte sa règle jusqu’aux façades et jusqu’au sol, tirant vers elle chaque couleur, chaque singularité, chaque repli du relief disputé par la lumière ou l’ombre, tandis que quelques grosses gouttes font […]

Lire la suite Le roucas entre pluie et soleil
À la Une

Le visage du littoral

Ils sont là depuis des heures peut-être. Ils ont des histoires aussi longues que le temps qu’ils passent sur certaines voyelles. L’amour. L’argent et les petites embrouilles familiales. « Oh, attends. Tu veux que je te fasse rire ?… » Ils ont des petits-enfants. « Et c’était à Noël. Ils me le punissent à Noël. Ils […]

Lire la suite Le visage du littoral
À la Une

Oreilles de chat

Assis, sage et silencieux. Trop poli peut-être. Trop timide. Les deux serveurs virevoltent entre les tables. Ils butinent à coups d’assiettes pas tout à fait vidées d’une clientèle déjà partie payer à l’intérieur, de verres encore gluants de lèvres disparues, de couverts qui scient les yeux quand l’argent devient presque pire que l’œil vers le […]

Lire la suite Oreilles de chat
À la Une

L’exposition universelle

Peu importe. Peu importe le ciel, le temps qu’il fait, la force du vent. Peu importe que les nuages épais se réécrivent, comme une carte après la guerre et qu’il est l’heure de se partager le grand gâteau du Monde. Peu importe qu’il fasse gris. D’ailleurs qu’est-ce que ça veut dire. « Il fait gris […]

Lire la suite L’exposition universelle
À la Une

Frise de printemps

Écrire. Dimanche midi. C’est la toute fin du mois de mars, et la mousse molle et mauve des prunus désépaissit déjà. Quand les taches ne sont pas roses sur le fond noir des troncs, c’est le soleil qui dessine le relief déjà brûlant des petites routes, les fleurs, les herbes hautes, le sang vivant des […]

Lire la suite Frise de printemps
À la Une

Croquis de pollen

Flâner. Les yeux comme si la ville vous était toute nouvelle. Le grand U du Port. Les deux forts. L’un comme une étoile qui meurt sur l’herbe fraîche et enfantine où je n’ai jamais mis les pieds : c’est Saint-Nicolas. De loin on aperçoit le ciel rectangulaire des meurtrières. L’autre, avec son chemin de ronde […]

Lire la suite Croquis de pollen